Joomla TemplatesWeb HostingWeb Hosting
Calendrier des activités
October 2017
S M T W T F S
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4
Home Nos activités Plaidoyer / Lobbying Mefou et Akono: Des inquiétudes sur le niveau de réalisation des projets BIP 2013

Mefou et Akono: Des inquiétudes sur le niveau de réalisation des projets BIP 2013

Le 3e comité de suivi participatif du BIP de la Mefou et Akono s'est tenu hier 10/10/2013 à la Délégation Départementale du MINEPAT, présidée par Hr NGUINI Effa (Présidente), assistée de l'Abbé Michel Parfait (Vice-Président) et de M. Cyrille Mathurin ONANA ATEBA, Délégué Départemental du MINEPAT (Secrétaire). Pour la première fois depuis quelques années, la salle était archi comble, au point où c'est avec peine qu'on a pu faire asseoir tout le monde. Mme MVONDO Henriette, Maire de Bikok, y était en personne, ainsi que les Délégués Départementaux des Travaux Publics (M. MBENGUE MEKOAME), du MINEE et des Marchés Publics (M. ABAH David).  Etaient également présents deux ingénieurs sectoriels (Patrimoine et Travaux Publics) sur trois. Les débats ont été très francs et intenses, et les participants ont librement exprimé leur point de vue sur les différents sujets à l’ordre du jour et sur les projets dont ils sont bénéficiaires.

 I- SUIVI DES RECOMMANDATIONS DU DERNIER COMITE

Dans le suivi des recommandations du dernier comité, il a été remarqué que les marchés ont été passés rapidement comme demandé. Il était demandé aux gestionnaires d'accélérer les engagements pour les projets de moins de 5 million, ce qui n'a pas été le cas, puisque lesdits projets n’ont pas toujours démarré.

 II- Revue de la mise en œuvre des projets 2013

A)    Délégation des Marchés publics

  • Sur 29 projets dont 14 pour les SDE et 15 pour les CTD, 21 lettres commandes ont été signées et notifiées, 4 lettres commandes sont en examen à la Commission Départementale de Passation des Marchés et 4 sont en cours de finalisation.

B)     Délégation du MINEE

  • 11 projets d'électrification rurale (1) et d'eau et assainissement (10) sont suivis. Les deux forages de BIKOK (Belanda et Bikop) sont à 80% de taux de réalisation. Les toilettes du CES de Binguela sont achevées alors que celles de l'Ecole Primaire de Fegmimbang sont à 5%. L'électrification rurale (Ebedoum) n'a pas commencé, ainsi que les projets restant.

C)    Délégation des Travaux Publics

  • 17 projets de construction et 3 de route sont suivis. Pour les routes, le projet Carrefour Bibe/Nkong-Biyem  est achevé, alors que celui d'Oveng/Nkong-Abock est en cours, traversant une réserve forestière dont les arbres sont net sur les fossés. Il est recommandé d'écrire au Ministre des Forêts pour demander l'autorisation de couper ceux qui sont trop près de la route.
  • Pour les constructions, 4 lettres commandes sont passées (salles de classe de Mbalngong, Nkondougou 4, Lycée d'Ongot, construction Délégation des Transports), alors que 13 sont attendues du MINMAP.
  • Le Délégué des TP note que certains devis ont des prix trop bas et irréalistes, qu'il refuse de valider, pour éviter que sur le terrain l'adjudicataire ait des difficultés et fasse mal le travail ou l'abandonne.
  • Le Contrôleur financier signale un cas où l'appel d'offre prévoit des équipements de 30 millions, mais le prestataire choisi offre 16 millions. Le comité recommande de d'exclure désormais dans la passation des marchés les prestataires qui offrent moins de 90% du montant de l'avis d'appel d'offre.

D)    Patrimoine

  • 12 réhabilitations dont 10 sont presque entièrement réalisées (32% du taux de réalisation) sont suivis. Il reste la réhabilitation du palais royal de Nkongzock et le CEAC d'Ovangoul qui n’ont pas commencé.

E)     Contrôleur Financier Départemental

  • La dotation totale du Département est de 1.624.053.100 F CFA (681.695.600 en automatique). L'investissement y prend 824.700.000 F. Il y a 26% de consommation du budget dans l'ensemble et 16,3% pour le BIP.

F)     Rapport de DMJ

  • Les difficultés de manipulation de la pompe du forage de Belanda ont été constatées par le Délégué du MINEE. Il a fait démonter la pompe, nettoyer, puis remonter. Ce processus a desséché le peu d'eau que l'entrepreneur avait trouvé, à 70m de profondeur. D'après le Délégué, les fouilles semblent avoir trouvé plutôt une fracture sèche, qui sur les machines se comporte comme une couche d'eau. Si c'est le cas, même en allant plus loin on ne trouvera pas d'eau. Il est demandé d'écrire au Ministre de l'Eau pour demander l'autorisation de transformer le forage en puits, mais couplé avec une source aménagée pour atteindre le montant du projet, car on ne saurait payer à 8 millions une réalisation finale de moins de 8 millions (puits seul), de peur d'avoir sur le dos les rapports des différents contrôles étatiques. Aussi, on ne peut rien payer sur le forage, même si l'entrepreneur a beaucoup investi, l’ouvrage non fonctionnel ne pouvant être réceptionné.
  • Pour le puits de Bikop, l’eau coule, mais le Maire ne sait pas si elle est potable. Aussi, elle a demandé d’effectuer des tests pour s’assurer que l’eau est potable.
  • Pour les parpaings de l'Ecole Publique de Nkol Ekkele, le Délégué des Travaux Publics prendra des dispositions pour que l'entrepreneur corrige. Il est noté que le bâtiment sera construit en briquettes de terre.
  • Aussi, il a été demandé à la DMJ de toujours informer immédiatement les ingénieurs sectoriels des différents cas de malfaçon, pour qu'ils procèdent aux corrections longtemps avant la tenue du comité. Les observations de la DMJ ont particulièrement été appréciées, notamment en ce qui concerne les causes du retard dans la mise en œuvre des projets. Aussi, le Délégué des Marchés Publics s'est engagé à servir des mises en demeure aux adjudicataires retardataires, en plus de ce qui a déjà été servi, ceci pour booster le démarrage des projets qui trainent des pas.
  • Il a été rappelé à tous les acteurs par le Délégué du MINEPAT, le Vice-Président du Comité, le Délégué des Marchés Publics et le Contrôleur financier que le travail de la DMJ et celui des autres acteurs sont complémentaires. Ces acteurs ne se combattent pas, mais se complètent. Le rapport de la DMJ n’a jamais fait d’attaque personnelle contre aucun acteur de suivi du BIP.
  • A la fin de la rencontre, plusieurs échanges informels ont eu lieu entre la DMJ, les Délégués des Travaux Publics et des Marchés Publics, qui ont chacun promis de permettre à la DMJ d'accéder à toute la documentation qui lui facilitera le travail sur le terrain. L'ingénieur de contrôle du MINTP a signalé l'importance pour nous de tenir compte de ces documents, car la route Bibe-Nkong-Biyem ne devait être recouverte de latérite que sur certaines portions, or nos observations font croire que le travail a été mal fait. L'échange a aussi porté sur la façon dont les rapports sont constitués, concrets et pertinents. La forme et le fond sont très appréciés de tous.

 III- RECOMMANDATIONS FINALES

  1. Il est demandé une plus grande collaboration entre les différents acteurs de la chaîne des marchés publics.
  2. Il est demandé de mettre dans les DAO des critères éliminant les adjudicataires qui présentent des offres inférieures à 90% du coût du marché.
  3. Les ingénieurs doivent être membres de la sous-commission d'analyse des offres.
  4. Pour l'année 2013, compte tenu du retard accusé dans le démarrage ainsi que du montant très bas proposé dans les offres par certains soumissionnaires, aucun décompte intermédiaire ne devra être payé aux adjudicataires (de peur qu’après avoir perçu ils abandonnent les travaux).
  5. Les gestionnaires devront exiger la présence des ingénieurs avant le début de la réalisation des travaux par les entrepreneurs.
  6. Pour éviter les désagréments comme celui du puits de Belanda, le Comité devra écrire au Ministre des Mines pour demander la transformation du forage de Zoualouma en puits ajouté à un point d'eau aménagé.
  7. Le comité devra écrire au Ministre des Forêts pour demander l'autorisation de couper les arbres trop près de la route Oveng/Nkong-Abock.
  8. Pour le cas du GIC bénéficiaire d'appui et que la Mairie de Mbankomo ne retrouve pas, le Ministre a demandé à la commune de gérer le cas, la commune devra prendre des dispositions à cet effet.

 Télécharger le rapport présenté par DMJ