Joomla TemplatesWeb HostingWeb Hosting
Calendrier des activités
October 2017
S M T W T F S
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4
Home Nos activités Plaidoyer / Lobbying Bauxite : Un plaidoyer pour plus de transparence

Bauxite : Un plaidoyer pour plus de transparence

La coalition dénommée « Coalition MANGAMI » a vu le jour à Yaoundé le 24 mai 2011 avec en prime une Déclaration faite par les organisations de la société civile présentes pour plus de transparence dans le processus du projet d’exploration de la bauxite dans la région de l’Adamaoua. Il s'agit d’une coalition pour la préservation des intérêts socio-économiques, de l’environnement et des travailleurs des sites du projet d’exploitation de la bauxite de Minim, Martap et Ngaoundal.

 

La mise en place de cette coalition est un des résultats du séminaire atelier organisé à Yaoundé  le 24 mai 2011 par la  Centrale Syndicale du secteur Public régional de l’Adamaoua (CSP) en continuation de son action citoyenne. L’atelier de partage d’information sur le projet de plaidoyer pour plus de transparence dans le projet d’exploitation de la bauxite de Minim, Martap et Ngouandal regroupait outre des représentants de médias,  d’étudiants en géologie de l’Université de Yaoundé, des représentants des populations riveraines des sites d’exploration, des organisations de la société civile parmi lesquelles la Dynamique Mondiale des Jeunes (DMJ), ainsi que de nombreux autres invités.

L'absence du Ministère des Mines et du Développement Technologiques et de Cameroon Alumina Limited (CAL) a été très remarquée, alors que tous deux étaient tenues informés dudit atelier et devraient même y présenter des communications. Cette absence, a souligné Dupleix KUENZOB le modérateur général des travaux, ‘‘doit être relevée avec force détermination car elle démontre le peu de considérations à l’égard de la société civile à un moment où le Cameroun, pourtant engagé dans l’initiative de transparence dans les industries extractives depuis mars 2005, tarde à faire décoller une véritable communication autour des grands projets d’exploitation minière. ’’

Au demeurant, à l’horizon 2035, le Cameroun projette d’être un pays émergeant avec une croissance économique exponentielle. La mise sur pied du document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi (DSCE) participe de l’atteinte de cet objectif avec en prime des chantiers structurants. La richesse – la grande richesse - du sol et du sous-sol  en minerais force la convoitise des partenaires pour leur exploitation. Au chapitre de ces exploitations figure celle de la bauxite de la région de l’Adamaoua qui s’étalera sur une soixantaine d’années. L’ensemble des gisements identifiés au Cameroun constitue la sixième réserve mondiale de ce minerai. La bauxite est la matière première de base nécessaire pour la production de l’aluminium. Le plus important de ce gisement est celui de Minim et Martap. La découverte du gisement minier de Minim-Martap remonte à l’année 1906.

La société Alumina  Ltd (CAL), filiale de Hydromine Global Minerai (HGM), propose d’installer au Cameroun l’exploitation de la bauxite et une raffinerie d’alumine. Elle a obtenu l’agrément du Gouvernement camerounais à partir de la validation de l’étude d’impact social et environnemental réalisée en 2010. L’action du collectif des organisations de la société civile de l’Adamaoua (COSCA) dans le cadre de ce projet s’inscrit dans sa dimension sociale en jouant  le rôle de veille et de défense des intérêts des populations riveraines.  Afin que ces populations riveraines du projet et les travailleurs ne vivent pas les mésaventures du projet pipeline Tchad-Cameroun qui n’a pas comblé les attentes sur le plan social, économique et environnemental, le COSCA s’active afin que CAL, ses partenaires et l’ensemble des décideurs prennent en compte les contextes locaux dans leurs différents cahiers de charge et partant, des études d’impact environnemental du projet.