Joomla TemplatesWeb HostingWeb Hosting
Calendrier des activités
October 2017
S M T W T F S
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4
Home Nos activités Animations Communautaires Journée Internationale de la Paix 2013 : Le dialogue inter religieux, source de paix et d’éducation pour les jeunes

Journée Internationale de la Paix 2013 : Le dialogue inter religieux, source de paix et d’éducation pour les jeunes

Les activités marquant la Journée Internationale de la Paix 2013, célébrée le 21 septembre dernier, ont porté cette année sur l’éducation pour la paix.  Le collectif du Service Civil pour la Paix (SCP) à Yaoundé, l’a célébré à travers des ateliers de formation artistique, une conférence publique, l’exposition des œuvres d’art et un concert inter religieux, le tout placé sous le thème « Ecole confessionnelle, espace de dialogue interreligieux et d’éducation à la paix. » La Dynamique Mondiale des Jeunes (DMJ) et le Conseil des Eglises Protestantes du Cameroun (CEPCA), co-organisateurs de l’édition 2012, auxquels se sont associés le Conseil Supérieur Islamique du Cameroun (CSIC) et  l‘Association Camerounaise pour le Dialogue Inter Religieux (ACADIR) et l’Eglise Orthodoxe, ont obtenu pour cette célébration l’appui du bureau régional de l’UNESCO au Cameroun.

Les ateliers artistiques

Plusieurs ateliers artistiques ont permis aux jeunes de se former et d’exprimer leurs talents.

Par une méthode "Learning by doing", l’atelier Photographie a outillé les jeunes sur les secrets d’une bonne prise de vue, ainsi que la connaissance  globale des outils de travail et leur utilisation. Cet abrégé de cours de réalisation audiovisuel a fait connaître les types d’appareil par rapport au support du film, les types d’appareil par rapport au viseur, les types d’objectifs. Pour ce qui est de la technique de prise de vue, il était question pour l’apprenant de savoir comment tenir un appareil photo, la position de l’appareil par rapport au sujet, l’orientation de l’appareil par rapport à la hauteur de l’image, les types de plan de prise de vue, la position de l’image sur l’écran, les types de mouvements de la caméra, les fonctions de la lumière. Le formateur Michel FOKOU a aussi animé un échange concernant ce qu’on doit filmer pendant une activité ou lors d’un reportage photo ou vidéo, ainsi que les choses à éviter. Les apprenants de cet atelier ont assuré le reportage photo et vidéo des différentes articulations de la célébration. A la fin, Edvige Fongang, une apprenante, a déclaré que les formations de la Journée Internationale de la Paix sont une expérience à renouveler.

L’atelier Bande Dessinée a montré comment partir d’une histoire pour écrire un scénario, comment diviser sa page en zones logiques pour contenir des images, comment faire des tracés et dessins sur le papier et comment colorier. Les apprenants de ce module ont également appliqué les enseignements reçus, y compris le renforcement des trais de dessin et leur coloriage.

L’atelier peinture a consisté à montrer comment o couche sur de la toile les idées qu’on a dans la tête. Ces idées concernent le vécu quotidien, mais aussi l’imaginaire et les rêves, à quoi on donne une certaine logique. Le mélange des couleurs est libre, à condition d’obtenir un résultat qui exprime un message compréhensible. De cet atelier sont sorties plusieurs peintures qui ont suscité l’admiration des élèves du Collège Vogt.

L’exposition des œuvres artistiques

Elle a consisté en la mise à disposition des œuvres d’art réalisées par les apprenants des différents ateliers. Avant et après la conférence publique, les visiteurs se sont régalés des toiles issues de l’atelier peinture, des dessins de l’atelier Bande dessinée, et d’une projection vidéo des images filmées par les apprenants de l’atelier Photographie. Présents, formateurs et formés ont répondu aux questions des visiteurs en donnant le sens de chaque œuvre d’art et en donnant des explications sur la technique utilisée pour atteindre ce résultat.

La conférence publique

La conférence a été introduite par l’Hymne Nationale entonnée par une élève du Collège Vogt, Bekono Zogo, à l’issue de quoi a été lu le message du Secrétaire Général de l’ONU, avec pour maîtres mots : combattre, orienter et maintenir la paix. Puis s’en est suivi le Mot de l’UNESCO, dit par Mr Bon Silas Séraphin, Assistant Programme Culture à la représentation de l’UNESCO au Cameroun. A sa suite, Mme Anne Nsang, représentante de l’ONU, remerciera les organisateurs pour l’initiative de cette journée et exhortera les uns et les autres à toujours œuvrer pour une paix durable. Les panelistes étaient constitués de

  • Professeur MESSINA , représentant des croyants catholiques, enseignant à l’université catholique d’Afrique Centrale,
  • Pope Victor ETENDI, prêtre représentant la communauté orthodoxe,
  • Bertrand TCHIENTCHEU, Directeur de la Jeunesse au CEPCA,
  • Imam BABA MOUSSA , représentant du Conseil Supérieur Islamique du Cameroun,
  • Christian NDOMBI, représentant de l’UNESCO.

En présence de plus d’un soixantaine de participants, la conférence aura permis d’apprendre que l’éducation est fondée sur la croyance que Dieu est le créateur pour les protestants ; l’éducation est fondamentale pour tous, le prophète a dit que l’Education est une obligation pour la femme et l’homme musulman qui ne doit pas rester ignorant ; L’école d’une manière générale est un lieu de socialisation, un outil d’évangélisation, un lieu de rencontre qui assure la connaissance mutuelle des élèves ; L’hymne national du Cameroun a été créé à Mfoulassi, une école confessionnelle. Aussi, l’école confessionnelle n’est pas faite pour qu’on change de religion : Dans chaque école confessionnelle, il n’est pas question de promouvoir le prosélytisme vers d’autres groupes religieux. Chaque école à un enseignement religieux qui lui incombe et la catéchèse est le lieu pour les élèves de cette religion d’approfondir leur connaissance. La déontologie dans les écoles confessionnelles interdit l’obligation des élèves d’autres confessions aux catéchèses.

Le concert inter religieux

La chorale Sacré Cœur de Mokolo (Catholique) a ouvert le bal, suivi de la chorale Islamique de Rue-Manguier, qui cèdera la place à la chorale Fils Bien Aimé de la Paroisse de Melen (Eglise Evangélique du Cameroun – Protestant). Ces différents groupes ont transmis le message de paix à travers des chansons mélodieuses, très appréciées du public venu très nombreux, et qui de très nombreuses fois s’est mêlé à la chorale qui prestait, dansant et chantant avec elle. Les cris de joie et les applaudissements ont régulièrement dit la joie et l’appropriation des messages véhiculés. Même à la fin du concert, au rythme des tamtams, les danses et les chants ont continué. Les leaders religieux ont marqué le début et la fin par des prières pour la paix au Cameroun.