Joomla TemplatesWeb HostingWeb Hosting
Calendrier des activités
October 2017
S M T W T F S
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4
Home Nos activités Animations Communautaires Sortir les Jeunes de Tibati de l’inertie

Sortir les Jeunes de Tibati de l’inertie

"Merci, Dynamique Mondiale des Jeunes." Ainsi pouvait-on entendre de la bouche de l’ensemble des participants et des autorités de la ville de Tibati à l’issue de l’atelier qui s’est tenu dans la salle du Centre Multifonctionnel des Jeunes de Tibati le 30 janvier 2016 sur l’engagement citoyen des jeunes. Cette reconnaissance se fonde sur l’espoir de voir sortir les jeunes de l’inertie actuelle.

 

Après Ngaoundéré le 23 janvier 2016, une trentaine de jeunes de la ville de Tibati a échangé avec les autorités de la ville sur leur rôle et les opportunités qu’offrent leurs institutions à la jeunesse. Surtout, comment les jeunes sont impliqués dans la gestion des affaires publiques locales.

Le panel de discussion était constitué de plusieurs acteurs étatiques et civils. La Mairie représentée par le deuxième Adjoint au Maire, M. Oumarou Salatou. Le Ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire avait pour porte-parole le Délégué Départemental pour le Djerem, M. Fotsin Jean. Pour le Ministère de le Jeunesse et  de l’Education Civique M. Ousmanou Toumba, cadre de la Délégation Départementale du Djerem, était accompagné de M. Abdouraman de la délégation d’arrondissement de Tibati. On a noté à côté de ces autorités la présence très remarquée du Conseil National de la Jeunesse du Cameroun au travers du Président départemental pour la Djerem, M. Abdoullahi Bobbo, sans oublier le Secrétaire Général du Bureau Exécutif National du Conseil, M.  Mohamadou Dang  A., lequel est un fils de la ville.

Pour cette initiative d’un genre plutôt original dans la localité, les responsables pré cités, bien que saluant l’activité, ont déploré le fait que les jeunes de la ville ne soient visibles que pendant les évènements festifs ou des initiatives sporadiques ; d’où une invite à la jeunesse de sortir de l’inertie, du tabagisme, de l’alcoolisme, de l’oisiveté et bien d’autres maux qui les minent au quotidien.

Chaque institution a ressorti un ensemble de programmes et initiatives en faveur des jeunes, pour leur permettre de se développer et de participer activement à la vie de la localité. La Mairie a présenté le projet "vacances utiles" qui recrute près de 200 jeunes par an pour assurer la propreté dans la ville, une programmation chaque année dans le budget de la commune pour les projets de jeunes chaque fois qu’une demande est faite, un accompagnement technique et parfois financier du Conseil Communal de la Jeunesse de Tibati.

Le MINEPAT, a parlé des instances comme le Comité de Suivi du Budget d’Investissement Public. Bien que la participation soit sous invitation, le comité reste ouvert à tous les jeunes qui ont des informations sur les projets exécutés ou à exécuter dans leur localité. Aussi, les jeunes peuvent venir obtenir d’autres informations utiles telles que les programmes d’accompagnement et de financement des groupes constitués ou l’appui aux jeunes entrepreneurs locaux…

Le Ministère de la Jeunesse et de l’Education Civique présent n’a pas manqué de présenter des programmes comme le PAJER-U, le PIAASI, le PIFMAS ou le plus récent programme qu’est le Font National d’Insertion des Jeunes (FONIJ). Ces programmes logés au Ministère ont pour objectif de favoriser l’insertion des jeunes. Le MINJEC a aussi fait connaître le Service Civique National de Participation au Développement, qui chaque année forme des milliers de jeunes au volontariat et les accompagne pour leur insertion dans le tissu économique et de l’entreprenariat. En plus, le MINJEC mentionne l’accompagnement permanent des jeunes et des mouvements de jeunesse dans le cadre de la vie associative et le partage d’informations pouvant leur être utile.

Intervenant pour le compte du Conseil National de la Jeunesse du Cameroun (CNJC), le Secrétaire Général National, Mohamadou Dang, et le Président Départemental du CNJC pour le Djerem, M. M. Abdoullahi Bobbo, ont présenté l’objectif du Conseil comme étant une plateforme d’expression entre les jeunes et les institutions étatiques et non étatiques, sans oublier les partenaires techniques et financiers. Le Conseil a comme mission aussi de former les jeunes et de défendre leurs intérêts tant sur l’espace national qu’international.

Tous les intervenants étaient unanimes sur la grande inertie des jeunes et leur faible implication et participation à la gestion des affaires locales. Ils ont déploré le fait que les jeunes de Tibati sont très absents des institutions locales. Ils ne viennent pas chercher les informations qui peuvent leur être utiles, mais attendent que ce soit les autorités qui aillent vers eux, ce qui n’est pas très possible au regard du volume du travail. Les autorités ont tout de même salué une minorité de jeunes sur qui on peut compter, comme les présidents des conseils de la jeunesse tant au niveau départemental que communal.

L’on pouvait lire sur le visage des jeunes la surprise d’entendre toutes ces informations, ou même celle relative à l’ensemble des questions posées à ces autorités avec qui pour la première fois les jeunes pouvaient discuter dans une salle ; d’où le merci  de tous les participants et des responsables du Conseil National de la Jeunesse en particulier, puis un merci adressé particulièrement à la DMJ. Et pour matérialiser ce merci, les jeunes promettent de se rapprocher plus souvent de ces institutions, et d’être plus actifs que par le passé. Un merci aussi est venu de la part de tous les panélistes qui ne s’étaient presque jamais prêtés à ce genre d’exercice, surtout pour s’exprimer à des jeunes et expliquer les missions des institutions où ils officient.

Sachant que qui  dit merci en demande encore, les jeunes souhaitent qu’une autre session soit organisée avec d’autres institutions et autorités comme le Maire titulaire, le MINFOP, le MINADER, le MINDUH et bien d’autres institutions qui ont des programmes pour les jeunes. Tout simplement, DMJ a rassuré les jeunes que chaque fois qu’ils vont la solliciter elle sera là. DMJ a également dit merci à tous pour avoir participé aux travaux de cet atelier.

Elise  Virginie Mvemie