Joomla TemplatesWeb HostingWeb Hosting
Calendrier des activités
October 2017
S M T W T F S
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4
Home Nos activités Sensibilisation CAID-III sur le terrain: Le Centre à la une

CAID-III sur le terrain: Le Centre à la une

Le jeudi 02 février 2012 dans la région du Centre, la Dynamique Mondiale des Jeunes (DMJ) a procédé aux activités intensives sur le terrain de la troisième phase du projet CAID (Connaissance et Appropriation des Institutions Démocratiques) par des premières descentes effectuées sur le terrain, dans les communes de Yaoundé II et VI du département du Mfoundi.

Dans les communes, l’équipe de DMJ a échangé les Maires, leurs Adjoints ou leurs Secrétaires Généraux. Les principaux axes de discussion entre ces élus locaux et la DMJ ont reposé sur la compréhension du budget communal, notamment son élaboration, son adoption et son exécution, les principaux acteurs et décideurs son exécution. Ont été également abordés  le rôle des populations,  les différentes lignes budgétaires dédiées aux jeunes et au genre, les sources de financement, les priorités de l’année en cours et l’évolution du processus de décentralisation dans la commune.

Si dans certaines communes à l’instar de Yaoundé VI  le budget est participatif, l’implication véritable des populations dans l’élaboration et l’exécution du budget reste relativement faible et indirecte dans la plupart des mairies visitées. A Yaoundé 2e, le Maire élabore le projet de budget, puis convoque les organisations de la société civile pour confronter ses propositions avec les réalités de terrain. A Yaoundé 6e chaque quartier est représenté par un conseiller municipal, donc représentant de la population. A côté des conseillers municipaux, existent de nombreuses associations, plus ou moins membres du Conseil Communal de la Jeunesse. Conseillers municipaux et responsables d’organisations de la société civile sont convoqués pour définir les priorités des populations, afin d’en tenir compte dans l’élaboration du budget.

Dans les autres mairies ce sont les conseillers municipaux et parfois les chefs de quartiers ou de blocs qui relaient les besoins des populations auprès des mairies. Or nulle n’est sans ignorer que l’information qui traverse plusieurs niveaux de transmission arrive parfois tronquée à destination ou alors n’arrive pas du tout.

Par ailleurs, dans la pratique, on note une répartition non équitable des projets du Budget d’Investissement Public national, souvent due à une très forte implication des élites dans le choix et la répartition des projets, l’effet étant que certains villages sont favorisés au détriment d’autres. C’est le cas de Bikok où, l’année dernière, une école publique s’est vue doter de 02 salles de classe en plus dont elle n’avait nullement besoin à cause du faible nombre de ses élèves. Pourtant dans le village voisin, un CES existant depuis 03 ans ne dispose d’aucune salle de classe ; Depuis sa création, les élèves suivent les cours dans un domicile privé et dans des conditions déplorables, nous a confié Madame le Maire de Bikok.

Une implication plus accrue des populations locales dans le processus de décentralisation inverserait la tendance en suscitant les projets depuis la base. C’est pourquoi depuis 2008 à travers le projet CAID, la DMJ œuvre à rapprocher les populations locales (les jeunes en particuliers) des instances dirigeantes de leurs localités.  La DMJ pense que le jour où les jeunes seront véritablement intégrés dans les grandes sphères de décision, alors suivra le développement. D’où son travail de terrain avec les groupes constitués jeunes des communautés de foi et des Conseils Communaux de Jeunesse.

Ce dicton n’est-il pas connu de tous au Cameroun : « La jeunesse est le fer de lance de la nation » ? Mais quelle lance résistera à l’usure du temps si elle reste trop longtemps sans être utilisée ? C’est pour cela que cette première phase de sensibilisation s’est soldée avec des dates fixes pour un renforcement de capacités des jeunes en suivi et analyse budgétaire. Pour les communes de Mbankomo, Ngoumou, Akono et Bikok, la formation aura lieu le mardi 28 février 2012 à la Mairie de Mbankomo. A  Yaoundé II et VI, le lundi 05 février 2012 à la Sous-préfecture de Yaoundé VI a été retenu. Prendront part à cette formation 10 membres du bureau de chaque CCJ desdites localités.

Ce travail de rapprochement des administrateurs et élus locaux devra s’étendre aux mairies de Mbankomo, Ngoumou, Akono et Bikok dans le département de la Mefou et Akono les 09 et 14 février 2012. Au cours de ces descentes, les Sous-préfectures, les Mairies et les Conseils Communaux de Jeunesse (CCJ) ont été visités. Si dans la Mefou et Akono l’équipe mobile de DMJ a pu rencontrer et échanger avec les Sous-préfet des 04 communes, tel n’a pas été le cas à Yaoundé II et VI.  Ceux-ci étaient absorbés par les préparatifs de la fête de la jeunesse.