Joomla TemplatesWeb HostingWeb Hosting
Calendrier des activités
October 2017
S M T W T F S
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4
Home Nos activités Sensibilisation Industries extractives: les jeunes ouvrent le dialogue

Industries extractives: les jeunes ouvrent le dialogue

"Dialogue et Compréhension Mutuelle" était le thème de l'Année Internationale de la Jeunesse, clôturée ce 12 août 2011. Pour commémorer cet évènement, une quarantaine de jeunes leaders membres des conseils communaux de la jeunesse ainsi que des mouvements et regroupements associatifs de jeunes confessionnels et laïcs au siège de la Dynamique Mondiale des Jeunes (DMJ).

L'objectif de cette rencontre était de s’approprier les enjeux du secteur extractif afin de s’intéresser à la gouvernance dans ce secteur et s’impliquer dans les problématiques qui entourent l’exploitation des ressources extractives dans le monde en général et au Cameroun en particulier.

Présentation de la stratégie de communication du Comité EITI-Cameroun

Au regard du programme, de la qualité et de la pertinence des thématiques, ce séminaire de sensibilisation et de formation sur la transparence des industries extractives au Cameroun a tenu toutes ses promesses. Les différents intervenants ont usé de leurs expertises pour transmettre, captiver l’attention des participants dont les interrogations ont trouvé satisfaction de la part des personnes vers qui elles étaient portées. Pas moins de six thèmes et une projection documentaire sur l’exploitation de l’uranium dans le monde ont été suivis durant huit heures d’horloge avec la publication d’un communiqué final.

Parmi les intervenants du jour deux ont pris la parole pour le compte du Comité ITIE. M. KAKE Guy Raoul, Membre du Secrétariat technique et représentant personnel de la Coordinatrice empêchée, a édifié les jeunes sur le thème "Que fait le gouvernement camerounais dans le cadre de l’EITI ?" tandis que M. BIOULE Benjamin, Consultant en communication du Comité s'est concentré sur "l'Exploitation du site web de l’EITI-Cameroun". Des communications de ces deux intervenants, il est apparu clair aux jeunes que le gouvernement camerounais:

  • a déclaré son engagement à mettre en œuvre l'ITIE;
  • a mis en place un cadre réglementaire avec des structures qui participent à la conciliation (Direction Générale des Impôts, Direction Générale du Trésor, Société Nationale des Hydrocarbures);
  • assure le financement de la mise en œuvre de l'ITIE;
  • sensibilise les compagnies extractives en vue de leur participation à la conciliation des données;
  • informe et sensibilise la population dans le cadre de la communication gouvernementale
  • participe à travers le Secrétariat ITIE-Cemac logé à la BEAC, au partage des expériences avec les pays de la sous région mettant en œuvre l'ITIE;
  • s'est engagé à produire de manière régulière les rapports de conciliation et à les rendre public de manière accessible, complète et compréhensible;
  • qu'à cet effet, il facilite et soutient la mise en œuvre de la stratégie de communication du Comité ITIE qui se déploie progressivement de Yaoundé vers les autres régions à travers les séminaires et ateliers qui ont commencé à l'Est avec la distribution et l'explication des supports de communication (rapports, affiches, dépliants....)

Concernant le site Internet, le balayage complet des rubriques (avec lien direct sur les statistiques de la SNH) a  permis aux jeunes de savoir où chercher et trouver  facilement la bonne information sur le secteur extractif camerounais.

Les jeunes ont pu constater la disponibilité et l'accessibilité des informations détaillées sur le site; ce qui a battu en brèche leur appréhension quant à l'opacité dont souffre le secteur extractif.

Cinquante lots comprenant chacun: 1 rapports de conciliation, 1 rapport de validation, 1 affiche, 2 dépliants (C'est quoi l'ITIE et dates clés) et 1 adresse du site Internet www.eiticameroon.org ont été distribués séance tenante à tous les participants.

De la communication sur la “Problématique globale de l’exploitation des ressources extractives au Cameroun“ de M.NKOLO AYISSI Ernest, président Délégué du Groupe AGAGES Management Consultants, avant la transparence dans les activités industrielles d’exploration et d’exploitation pétrolières et minières c’est le paradoxe de l’abondance qui se joue dans un jeu de cache-cache entre les compagnies et le Gouvernement au détriment des populations. Ce paradoxe est dû à la mauvaise gouvernance. Des questionnements fusent de part et d’autre dont la plus grande porte sur la transparence. Cette réflexion va permettre aux jeunes  de commencer à revendiquer du Gouvernement et des compagnies minières et pétrolières les changements nécessaires dans le pays et travailler de concert à la mise en place des réformes de gouvernance nécessaires au développement durable et à la réduction de la pauvreté. Cette question de transparence dans les industries extractives a conduit à la mise sur pied de la campagne « Publish What You Pay » en 2000 par Global Witness en Angola et en 2002 le G8 et G20 ont pris à bras le corps ce combat.

De la "Présentation du secteur extractif au Cameroun et présentation de la Coalition Camerounaise Publish What You Pay (CCPWYP)", Cyrille TIPANE MBARA, ST/PWYP CAMEROON, nous pouvons retenir que :

  • Les mines, le pétrole, le gaz naturel qui se trouvent sur le territoire camerounais,

    Carte des industries extractives du Cameroun (2009. Banque Mondiale)

    Carte minière du Cameroun
    (2009, Banque Mondiale)

    sont des biens communs (de toute la population camerounaise)
  • La bonne gestion des revenus tirés de leur exploitation contribue/contribuerait à la réduction de la pauvreté et l’amélioration des conditions de vie de la population entière
  • Les recettes pétrolières et minières occupent une place de choix dans le budget de l’État
  • Le droit à l’information s’étend aussi à la connaissance par le public large des contrats signés par l’État, aux chiffres générés par les compagnies extractives opérant au Cameroun, et les montants véritablement reçus par l’État du fait des contrats et activités des compagnies extractives opérant sur son territoire.

La Campagne Publiez Ce Que Vous Payez (PCQVP) est une coalition internationale de la société civile qui milite pour la transparence des paiements, des encaissements et de la gestion des revenus issus des industries pétrolières, gazières et minières. Elle appelle les compagnies à « publiez ce qu’elles payent » et les gouvernements, aux niveaux national et régional, à « publiez ce qu’ils gagnent», comme premiers pas essentiels vers un système plus responsable de gestion des revenus générés par les ressources naturelles. PCQVP demande que les contrats commerciaux de l’industrie extractive soient rendus public et que les procédures d’octroi de licence soient réalisées de manière transparente. ET Publish What You Pay Cameroon, relai de la Campagne internationale au niveau Cameroun, est une coalition de 10 organisations membres (DMJ, AGAGES, CED, RELUFA, Sep, TI-C, RENAC, ERA Cameroun, SNJP).Par ailleurs est membre du Comité ITIE Cameroon. Les actions / résultats obtenus sont la validation du Cameroun et l’attribution du statut de pays proche de la Conformité.

A l'issue de ce séminaire, les participants se sont engagés à:

  • sensibiliser leurs organisations et/ou les populations riveraines des zones des exploitations extractives actuelles ou à venir afin qu’elles puissent tirer le meilleur avantage de telles activités
  • motiver les jeunes à entrer dans les filières académiques en relation avec les industries extractives
  • mobiliser les jeunes pour la pleine réalisation de leur potentiel pour faire du jeune un acteur du changement
  • créer des espaces réguliers de dialogue et de partage autour des questions relatives aux industries extractives.
  • Par ailleurs, les participants ont émis les recommandations ci-après à l'intention du gouvernement:
  • accélérer la communication sur le processus EITI en direction des étudiants des différentes Universités publiques et privées du Cameroun;
  • publier les revenus de toutes les industries extractives en activité au Cameroun;
  • respecter le droit à l’information des populations;
  • s’assurer que les personnes en charge de l’exploitation des ressources extractives prennent en compte les intérêts des populations;
  • s’assurer que les exploitants des ressources extractives respectent les droits des populations ainsi que la protection de l’environnement.

Aux côtés des acteurs de la société civile, à savoir la coalition camerounaise Publish What You Pay (PWYP), le Réseau pour la lutte contre la famine (RELUFA), nous avons noté la présence des pouvoirs publics notamment le Comité de l’Initiative de Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) mis en place le Gouvernement dans l’optique de faire du Cameroun un pays conforme à l’initiative. Pour la majorité des participants, sélectionnés suivant leur background (au minimum ils devaient être titulaires du baccalauréat ou être en classe de Terminales), les différents exposés ont été très enrichissants et cela a suscité une prise de conscience et un éveil pour les questions extractives. Ceci est matérialisé par les interventions des participants : «  nous nous refusons de nous faire marcher sur les pieds, car faire du Cameroun un pays émergeant à l’horizon 2035 en s’appuyant sur les industries extractives ne doit se faire au mépris de l’impact de l’exploitation des minerais sur les populations locales. Il est important que chacun trouve son compte, et nous ne sommes pas obligés de faire comme dans d’autres pays dont l’impact environnemental est désastreux et tragique ».

Il faut signaler que cette expérience n’est pas nouvelle  pour la Dynamique Mondiale des Jeunes (DMJ) dans le cadre de la célébration de la Journée Internationale de la Jeunesse (JIJ). Chaque 12 août, elle entretient la jeunesse camerounaise sur des thématiques très actuelles en vue de leur mobilisation pour la pleine réalisation de leur potentiel au plan local, de la promotion de l’intégrité et du développement du sentiment national. Avec le souci de mettre à profit les exposés et autres commentaires, le combat de la transparence et de l’impact environnemental de l’exploitation vont se poursuivre avec les jeunes.