Joomla TemplatesWeb HostingWeb Hosting
Calendrier des activités
October 2017
S M T W T F S
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4
Home Nos activités ITIE-EITI ITIE: L’information ne suffit plus ; il faut former des leaders

ITIE: L’information ne suffit plus ; il faut former des leaders

Le troisième et dernier atelier régional de formation des jeunes à l’Initiative de Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) s’est déroulé du 27 au 28 mars 2014 à Garoua, dans la région du Nord. 31 jeunes venus de l’Adamaoua, du Nord et de l’Extrême Nord y ont pris part, encadrés par M. Faustin Koyasse, Economiste senior à la Banque Mondiale ; Grégoire Mebada, représentant du Comité ITIE Cameroun ; et deux formateurs : Sylvanus Shulika Binla et Ibrahim Ndouop Njikam, respectivement membre du Comité ITIE et du Secrétariat Technique.

30 jeunes des régions de l’Adamaoua, du Nord et de l’Extrême Nord Cameroun dont neuf (09) femmes (30%) et vingt deux (21) hommes (70%) ont pris part à l’atelier de formation des jeunes sur l’initiative de transparence dans les industries extractives (ITIE) tenu les 27 et 28 mars 2014 à Garoua. Comme pour les deux précédents ateliers de Bertoua les 23 et 24 janvier 2014 et de Bamenda les 20 et 21 février 2014, l’objectif était de familiariser les jeunes et leurs organisations à la nouvelle Norme ITIE, afin de les outiller à mieux lire et exploiter les rapports ITIE et s’en inspirer pour initier et animer des débats dans leur circonscription respective. Ces objectifs ainsi que les résultats de cette série de formations régionales ont été rappelés dès l’entame des travaux par le facilitateur général, Dupleix Kuenzob Pedeme, Secrétaire Exécutif de la Dynamique Mondiale des Jeunes (DMJ), structure par le biais de laquelle la Banque Mondiale organise ces différents ateliers.

La cérémonie officielle d’ouverture de l’atelier de Garoua était présidée par le Gouverneur de la Région du Nord représenté par Monsieur ONANA NDZANA André ; Inspecteur Général des services du gouverneur qu’assistait son Chef de Cabinet Monsieur GUIDAI. Ils étaient entourés de M. Faustin Koyasse de la Banque Mondiale et M. Grégoire Mebada, représentant le Président du Comité ITIE, deux personnalités qui ont prononcé les discours ayant précédé celui du Gouverneur empêché.

  • Dans son discours, M. Faustin Koyasse représentant de la Banque Mondiale a remercié les autorités camerounaises en général et celles de la Région du Nord en particulier pour l’accord favorable réservé à ce projet d’ateliers régionaux de formation des jeunes sur la norme ITIE. Il est largement revenu sur cette initiative pilote de la Banque Mondiale en faveur des jeunes. Vu le poids démographique de cette catégorie sociale, il n’est plus possible de mettre en place des politiques sans prise en compte de la jeunesse. Il a réitéré l’intention de son institution à développer un programme plus large visant le renforcement des capacités des jeunes sur le plan national. Un tel programme qui sera adossé au plan de travail du Comité ITIE Cameroun couvrira d’autres cibles tels que les universitaires, les hommes et femmes de médias, les élus locaux dont les parlementaires et les responsables de collectivités territoriales décentralisées.
  • Dans son propos, M. Grégoire Mébada ; représentant du Comité ITIE a surtout rappelé l’intérêt que le gouvernement accorde à la jeunesse et à la gouvernance. Il a exhorté les participants à faire bon usage du savoir qu’ils vont recevoir de la formation. Il a remercié le partenariat de la Banque Mondiale spécifiquement qui accompagne le gouvernement du Cameroun dans la plupart de ses programmes de développement.
  • Monsieur ONANA NDZANA André ; représentant le Gouverneur OTTO Wilson empêché, a tenu tout d’abord à souhaiter la bienvenue dans la Région du Nord avant de dire sa reconnaissance pour le choix de la ville de Garoua pour abriter un atelier regroupant les jeunes des trois régions septentrionales du Cameroun. C’est dire que Garoua est la médiane du septentrion. Enfin, il a relevé que la région du Nord est riveraine à des exploitations extractives, citant au passage Figuil et Poli qui sont deux localités riches en ressources minières. Il a évoqué les ressources minières de l’Adamaoua à Minim et Martap ainsi que celles de l’Extrême Nord dans le Logone Birni.

A travers les deux formateurs Ibrahim Ndouop Njikam et Sylvanus Shulika Binla, les participants ont eu droit à différentes communications portant sur la genèse et l’évolution de la norme ITIE, le processus ITIE et son effectivité au Cameroun, la production et l’exploitation des rapports de conciliation. Ils ont procédé à l’identification des besoins des jeunes de cette partie du pays en renforcement de leurs capacités pour une meilleure implication et participation au processus de gouvernance dans le secteur extractif. L’essentiel porte sur les formations dont quelques thèmes ont également été proposés par les groupes constitués à cet effet.

Les participants ont aussi défini des actions qu’ils entendent réaliser dans un court (6 mois) et long terme (1 ans) pour marquer leur engagement dans la recherche de l’amélioration de la gouvernance dans le secteur extractif au Cameroun. Parmi les actions à réaliser figurent en bonne place les séances d’informations à l’intention des autorités, la restitution de l’atelier au public cible, les sensibilisations, la production des rapports et évaluation. Le public cible sera les jeunes, les associations, les populations, les institutions académiques, les autorités administratives, traditionnelles et religieuses.

Au sortir des deux jours de formation, les participants ont reconnu à travers un Communiqué final qu’ils ont élaboré et qui a été présenté à la clôture des travaux, que la formation sur l’ITIE doit se poursuivre pour que la culture de la transparence s’enracine dans les pratiques quotidiennes aussi bien des compagnies extractives, des administrations publiques que des populations. Les participants ont ainsi recommandé "le renforcement des capacités des jeunes pour un engagement citoyen à travers des formations spécifiques sur l’ITIE dans les régions septentrionales, le plaidoyer et lobbying, la vie associative dans les mouvements associatifs des jeunes, la participation citoyenne et active des jeunes, la décentralisation et la gouvernance locale, la collaboration avec les médias et les décideurs publics, le changement social."

L’ITIE qui était jusqu’ici considérée comme une activité de collecte, de conciliation et de divulgation des chiffres et des volumes émanant du secteur pétrolier, gazier et minier, s’est suffisamment complexifiée aujourd’hui pour devenir un outil d’aide au développement. En effet, si les valeurs de traçabilité et de redevabilité que prône l’initiative sont rigoureusement appliquées, il est certains que la corruption, l’évasion fiscale et la déperdition des ressources vont considérablement diminuer, et par ailleurs les revenus générés vont être mieux canalisés et orientés vers des secteurs durables et dont le Cameroun dispose de la technologie à l’instar du développement agricole, pastoral et touristique. Ces leçons ont été tirées par les jeunes eux-mêmes, preuve de leur prise de conscience de la portée de l’ITIE.

La clôture des deux jours d’atelier s’est faite autour d’une cérémonie sobre ponctuée par deux grandes articulations.

  • D’abord la remise des certificats aux participants. Ce moment est précédé par trois déclarations de fin.
    1. Celle du représentant des participants qui a exprimé leur satisfaction et leur gratitude à l’endroit des responsables des institutions et organisations qui ont initié et soutenu cette formation très capitale. Les participants ont fait la promesse de démultiplier cette formation auprès de toutes les cibles dans leurs localités.
    2. ii. Celle du représentant de la Banque Mondiale. Au nom du Directeur des opérations de ladite institution, M. Koyasse a félicité le dynamisme des organisateurs, des formateurs et des participants à cet atelier. Il a salué la bonne coopération du gouvernement camerounais à cette initiative. Il a apprécié la qualité élevée de participation intellectuelle des jeunes, et promis son soutien et celui de l’institution qu’il représente pour l’extension au niveau national, d’une telle formation. Il a garanti que les plans d’action élaborés seront traités, compilés et soumis aux institutions intéressées pour le financement d’un projet triennal (2014 – 2016).
    3. iii. Celle du représentant du Comité ITIE. Clôturant cette phase des allocutions, Monsieur Grégoire Mebada a exprimé toute la satisfaction du gouvernement qu’il représente. Il va résumer ses propos en ces termes : « aujourd’hui, l’information seule ne suffit plus, il faut former les leaders (…) ; c’est un motif de satisfaction que les jeunes aient bien compris cela et s’en soient appropriés. »
  • Ensuite l’entretien avec la presse. Cette articulation a réuni deux (2) représentants des participants aux côtés des responsables (Représentant ITIE-Cameroun et Représentant de la Banque Mondiale), qui ont répondu aux questions d’une dizaine d’organes de presse (télévision, radios et journaux) parmi lesquels Œil du Sahel, Quotidien Emergence, Radio Salaman, Canal 2, STV, Journal Le Soir.