Joomla TemplatesWeb HostingWeb Hosting
Calendrier des activités
October 2017
S M T W T F S
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4
Home Programmes Gouvernance et démocratie Mefou et Akono: Le BIP traine à démarrer

Mefou et Akono: Le BIP traine à démarrer

Le 4 juillet 2013 nous avons assisté au 2e comité Départemental de Suivi du BIP (CDS-BIP) de la Mefou et Akono. Ce comité a présenté l’état d’exécution des projets à ce jour. Très peu de projets sont en cours d’exécution, après plus de 6 mois sur les 12 que compte l’année budgétaire.

Ce qui ressort du comité

 Lors du comité nous avons partagé notre inquiétude sur la lenteur du démarrage des projets: 2 projets sur les 27 suivis par DMJ sont en cours. La rentrée scolaire a lieu dans deux mois. Les salles de classe se construisent en trois mois et doivent être équipées. Comment les établissements scolaires feront pour utiliser ces salles de classes qui ne seront pas finies en septembre? Aussi, les projets de 2013 seront-ils achevés en décembre pour ce qui doit être exécuté en 2013?

Notre inquiétude est très partagée par les membres du Comité, car sur 75 projets (49 pour les SDE, 19 de plus de 5.000.000 pour CTD, 12 de moins de 5.000.000 pour CTD) couvrant tout le département, seuls 7 ont commencé. Aucun projet de plus de 5.000.000 n’a commencé. Les 7 projets commencés concernent donc les projets de moins de 5.000.000 (7 projets sur 30), dont le marché est passé de gré à gré.

La lenteur de démarrage des projets s'explique par

  • la lente adaptation au budget programme,
  • la mise en place lente, la faible expérience, la faible ressource humaine du MINMAP.
  • Le système de fonctionnement du MINMAP utilise des experts (1.000 en tout) sollicités suivant besoin et non en permanence: ceci implique que les dossiers restent latents entre temps, et c'est ce qui explique la passation tardive des marchés, qui est encore en cours.
  • Aussi, l'ARMP a prévu des dates fixes pour publier le journal des marchés, dont le MINMAP a besoin pour attribuer le marché.


Stratégies sectorielles de suivi des projets 2013

  • MINEE: Va organiser une réunion de lancement des projets, incluant les prestataires et les gestionnaires. Au cours de cette réunion, des stratégies de suivi seront développées et un calendrier de descente sur le terrain adopté.
  • Patrimoine: Va convoquer les adjudicataires pour organiser des stratégies et établir un calendrier de descentes.

Recommandations

  • Toujours inviter le MINMAP (non membre du Comité) aux réunions du Comité pour expliquer les procédures en cours.
  • Le MINMAP doit accélérer le processus de passation des marchés.
  • Le Maire d'Akono doit associer l'ingénieur de contrôle (MINEE) à la construction des toilettes de l'Ecole Publique de Fegminband et respecter la réglementation en vigueur, car jusqu'ici seul l'ingénieur de Mme le Maire est associé à l'exécution du projet.

Observation

Le Maire de Mbankomo signale n'avoir jamais été convoqué à aucune passation de marché en 2013. Il a copié au Comité une lettre adressée au Délégué Départemental des Marchés Publics.

L'entrée di MINMAP dans la chaîne d'attribution des marchés est un enjeu important, et en même temps un point de concentration de l'information et de la documentation sur les projets. DMJ gagnera à se rapprocher de cette institution, action déjà amorcée. DMJ espère que le MINMAP améliore son fonctionnement pour que les marchés soient passés plus rapidement dans les années à venir. Dans ce sens, il est important que DMJ envisage un plaidoyer d'ici la fin de l'année si des signes palpables d'amélioration ne sont pas visibles.

De manière inexplicable, seuls deux ingénieurs de contrôle (MINEE et Patrimoine) étaient présent, l'ingénieur du MINTP étant arrivé à la fin. Aussi, une seule mairie sur 4 était représentée : Mbankomo. La raison de cet absentéisme reste inconnue, en dehors du cas du Maire d'Akono, où le DDMINEPAT a confié qu'elle ne veut plus venir aux comités, car on lui a retiré tous les pouvoirs, y compris celui de passer les marchés.